webleads-tracker

Synethique activateur de performances

01 83 64 08 90 | Search | fr en

Nos activités

Notre éthique

La charte d’engagement en matière de Coaching a pour objet de formaliser les droits et devoirs réciproques des employeurs, des salariés et du Coach, dans le cadre des missions de Coaching.

1. Exercice du métier
Le Coach exerce sa fonction à partir de sa formation et de son expérience. Il lui appartient de développer en permanence ses aptitudes dans ses différents domaines d’intervention. L’habilitation porte sur son niveau d’expérience dans le conseil ou le management, sa formation spécifique au Coaching et à l’accompagnement des groupes et des équipes, et sa maitrise de la relation de face à face ou avec un groupe.

2. Contrats
Le Coach est attentif au métier, aux usages, à la culture, au contexte et aux contraintes de l’organisation pour laquelle il travaille. Le contrat commercial s’effectue entre l’entreprise et le Coach. Il précise les objectifs de la mission, la durée, le tarif et le périmètre de confidentialité́. Par ailleurs, un contrat moral s’établit en parallèle à partir dudit contrat, entre le/les Coaché(s) ou l’équipe Coachée, le Coach et l’entreprise, et précise les objectifs de développement et résultats à atteindre ensemble. Le Coaching s’exerce en veillant à la cohérence entre les intérêts des salariés concernés et ceux de l’entreprise.

3. Confidentialité / Restitution
Le Coach s’astreint au secret professionnel sur l’ensemble des informations recueillies au cours de la mission. Les objectifs, les préconisations et ouvertures finales peuvent faire l’objet d’une restitution par le ou les Coaché(s) selon des modalités à définir au démarrage de la mission. Si le coaching est réalisé́ « à distance », les conditions pratiques et techniques (et le cadre dans lequel se tient le coaché) doivent aussi être validées par les trois parties comme garantissant la confidentialité́.

4. Adhésion du Coaché
Le Coaching ne peut se concevoir qu’avec l’adhésion du/des Coaché(s). Le Coach s’assure que le/les salarié(s) concerné(s) comprennent la nature du Coaching et les termes de l’accord qu’il y a entre eux.

5. Refus de prise en charge d’une mission
Le Coach peut refuser de prendre en charge un Coaching pour des raisons propres à l’organisation, au demandeur ou à lui-même.

6. Mise en œuvre
Le Coach définit et prend tous les moyens propres à l’atteinte des objectifs définis contractuellement et peut avoir recours à une expertise complémentaire. L’un des principes fondateurs du Coaching est que le/les Coaché(s) sont seuls maitres de leurs décisions et des résultats que celles-ci entrainent.

7. Supervision
Le recours régulier à un superviseur fait partie intégrante de la pratique du Coach, c’est-à-dire un pair ou un tiers compétent.

8. Interruption de la mission
Dans le cas où le Coach constaterait que les conditions de réussite de sa mission ne sont plus réunies, il s’autorise, en concertation avec l’entreprise, à interrompre la mission.

9. Ethique
Le Coach s’interdit tout abus d’influence et reste spécifiquement dans le champ défini par le contrat. En aucun cas, il ne fait ou ne décide à la place du/des Coaché(s). La finalité́ du Coaching consiste à rechercher la meilleure autonomie et performance du/des Coaché(s). Le Coach s’engage à exercer son activité́ dans le respect de la diversité́ et lutte activement contre la discrimination sous toutes ses formes.

10. Recours
En cas de différend, la Direction du Cabinet, signataire de la Charte, s’engage à recevoir le Coaché ou le représentant de l’entreprise en présence du Coach et peut également faire appel au syndicat professionnel.

« Retour